[Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

Répondre


Cette question est un moyen d’empêcher des soumissions automatisées de formulaires par des robots.
Smileys
:D :) :( :o :shock: :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: :laughing: :blue: :excl: :ours: :ordinary: :mouton: :forb:
Voir plus de smileys

Les BBCodes sont activés
[img] est activé
[flash] est désactivé
[url] est activé
Les smileys sont activés

Revue du sujet

Si vous chargez un fichier, attendez la fin du chargement pour envoyer

   

Étendre la vue Revue du sujet : [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

Re: [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

par sly » 10 oct. 2018, 14:41

J'avais oublié de donner mon avis...
SQFP.info a écrit :
14 juin 2018, 12:34
je comprends bien l'idée que WRI ne devienne pas un énième BoukinguePointCom rempli d'hôtels et auberges faisant leur auto-promo.
Voilà, je crois le cœur de ce que j'ai en tête, que j'avais moi formulé du style : "je ne pense pas que refuges.info devrait devenir du style d'airbnb". Mais voilà, quand se pointe la fiche d'un mouton à cinq patte (comme dit claude) du style, une cabane en montagne, mais fermée par un cadenas à code dont on peut obtenir le code en échange d'un virement à condition d'accepter d'autres occupants, uniquement s'ils sont membres du club machin. Ben c'est pas simple de savoir si on les accepte ou pas !

Dominique l'avait bien dit : "il faut d'abord se demander ce qu'on veut pour refuges.info", mais comme on arrive pas à le formuler et qu'on est pas tous d'accord, on avance à tâtons au fûr et à mesure qu'arrivent les "moutons à 5 pattes" pour compléter notre rubrique "que peut-on mettre sur refuges.info"
SQFP.info a écrit :
14 juin 2018, 12:34
En même temps™, je considère qu'il y a une différence subtile entre, d'une part, des "sociétés d'hébergement" (comme peut l'être un gîte d'étape, chambre d'hôte, hôtel), dont l'activité pro déclarée au FISC est (exclusivement ou entre autres) l'hébergement lucratif, et d'autre part, des hébergements peu ou prou contrôlés par une instance publique ou non lucrative, au financement pas ou peu dépendant de l'activité commerciale (abris gérés par un service public, une association, une mairie...).
J'ai peur qu'elle ne soit trop subtile. D'un point de vu usager, donc de celui qui va rentrer la fiche, qu'il paye auprès d'un club associatif qui veut rentrer un peu de sous ou auprès d'une famille qui veut réduire les coûts d’entretien de la maison reçue en héritage, c'est particulièrement subtile.
C'est pour ça que ma philosophie du moment et de s'attacher à définir ce que l'on veut sur la base de critères d'usage (possible pour une personne et une nuit, hébergement collectif, non privatisable )et non de structure (Exclure les SARL mais accepter les associations ?)

SQFP.info a écrit :
14 juin 2018, 12:34
- bergeries/fermes en activité (= propriété privée d'un particulier déclaré comme exploitant agricole) mais servant de "pseudo-refuge" en saison (loue nuitées à l'abri, fait buvette/vente alim...),
p.ex. Inzecche, Radule, Vaccaghja le long du GR20, le reste de l'année c'est donc privé, désert, et fermé à double tour ; la différence avec certains campings à la ferme n'est pas forcément flagrante (si ce n'est que ces derniers, plus accessibles, ne font pas leur blé que sur les randonneurs-géhéristes-montagnards) ;
Pour moi, si on peut être accueilli pour une nuit, à une personne, en itinérant sur une zone isolée, y'a pas de problème, ça devrait pouvoir trouver une place sur refuges.info. Peut importe que ça ne soit que en été, payant, tenu par une SARL ou un particulier.
Actuellement en Gîte d'étape avec la précision de date me semble valable.

SQFP.info a écrit :
14 juin 2018, 12:34
- gîtes communaux et municipaux, dortoirs collectifs le plus souvent fermés et sans gardien (même s'il bosse à quelques mètres de là) auquel tout passant peut accéder (pas de statut à avoir, juste demander sur place ou à l'avance l'ouverture des lieux), toute l'année ou presque (hors rénovations etc.), contre une somme qui ne constitue pas la source de revenus de l'entité (quoique, si on baisse encore et toujours le financement des mairies, y a un risque !) - ceci afin que le voyageur puisse dormir/chier/mâchouiller ses lyophilisés "au sec" (ça me semble le minimum pour un "gîte" : matelas, espace hygiène, espace repas), p.ex. mairies de Calenzana/Corscia/Poggio-di-Venaco le long de sentiers de rando.
Ici, pas de problème avec la définition actuelle en gîte d'étape. Toutefois, je pense que la notion de tarif ne doit pas intervenir. Ça avait déjà été suggéré mais ça veut dire définir un montant spécifique, qui ne tient pas compte du lieu, du pays, enfin bref, à la fin, ça me semblait pas être la bonne méthode.
SQFP.info a écrit :
14 juin 2018, 12:34
Le côté "intégralement privatisable" me semble pas bête s'il est appliqué en toute logique : ainsi, je peux certes réserver pour mes potes la totalité des lits d'un vrai refuge de montagne (et donc "interdire à quiconque d'y dormir", privatiser les matelas quoi) mais plus difficilement empêcher tout accès au lavabo/cuisinière/cheminée (je n'ai pas "les clés" du bâtiment). Idem pour un gîte communal, on me l'ouvrira si je suis le premier arrivé mais on ne me laisse pas les clés, et si un autre gusse ayant réservé/averti la mairie arrive, ce sera pour lui déjà ouvert (et partiellement occupé). C'est, me semble t-il, l'inverse pour certaines maisons forestières etc. où j'ai les clés, je deviens alors temporairement un vrai "maître des lieux" comme pour n'importe quelle location de vacances ou gîte rural...
Oui, totalement. C'est ça l'idée, on pourrait rajouter que s'il reste des places de libres (le groupe est de 15 mais il y a 20 places au total) il n'est pas possible d'en interdire l'accès, au 5 restantes, même en payant un supplément.
Bien sûr, si c'est plein c'est plein.
SQFP.info a écrit :
14 juin 2018, 12:34
Donc +1 pour les critères à retenir, àmha les plus importants, et qui conjointement évacuent les bêtes campings ou hôtels :
- en zone de randonnée (massifs listés of course, ou aussi le long de sentiers de rando reconnus ?)
Pour l'instant on accepte déjà des structure en dehors de nos massifs pré-listés. ça ne me semble pas choquant, c'est juste qu'on a pas encore assez de point dedans pour en inventer. Je préfère la notion générique de "en situation isolée, ou en situation non urbaine, de montagne"
Sachant que oui, refuges.info a toujours été pensé pour couvrir les zones de montagnes.
Même si "montagne" n'est pas toujours facile à définir : 70m c'est de la montagne :
https://www.refuges.info/point/3238/cab ... du-Piolet/
?
SQFP.info a écrit :
14 juin 2018, 12:34
Je n'aime pas trop le vocable "cabane non gardée avec clé", quand il s'agit d'une splendide maison du XVIIIe de 6 pièces et 2 étages au centre d'un village, ouverte toute l'année, dont le seul inconvénient est qu'il faut appeler la veille la mairie pour qu'un grouillot vienne ouvrir et aérer et chauffer un peu le dortoir avant qu'on arrive :) "Hébergement collectif sur contact préalable" me semble plus neutre, bien jargon bureaucratique :D
ça on est bien d'accord. Ce genre de cas devrait selon moi être déplacé dans la catégorie des gîtes d'étapes, ou carrément ne pas être accepté. Plutôt que de créer une nouvelle catégorie "Hébergement collectif sur contact préalable" (même si on peut le faire, mais j'ai peur de laisser alors entrer encore plus de structure qui s'éloigne de l'esprit d'origine de wri) ajouter une option aux gîtes qui s’appellerait "Contact préalable nécessaire" ou, encore plus simple, laisser en remarque une phrase expliquant la manière de se manifester.

Re: [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

par Claude Mauguier » 15 juin 2018, 19:48

SQFP.info a écrit :
14 juin 2018, 12:34
Mes deux centimes, comme on dit :

je comprends bien l'idée que WRI ne devienne pas un énième BoukinguePointCom rempli d'hôtels et auberges faisant leur auto-promo.

En même temps™, je considère qu'il y a une différence subtile entre, d'une part, des "sociétés d'hébergement" (comme peut l'être un gîte d'étape, chambre d'hôte, hôtel), dont l'activité pro déclarée au FISC est (exclusivement ou entre autres) l'hébergement lucratif, et d'autre part, des hébergements peu ou prou contrôlés par une instance publique ou non lucrative, au financement pas ou peu dépendant de l'activité commerciale (abris gérés par un service public, une association, une mairie...).

Exemple de quelques cas qui me préoccupent (ont-ils leur place ici ? dans quel tiroir les classer ?), en Corse :
- bergeries/fermes en activité (= propriété privée d'un particulier déclaré comme exploitant agricole) mais servant de "pseudo-refuge" en saison (loue nuitées à l'abri, fait buvette/vente alim...), p.ex. Inzecche, Radule, Vaccaghja le long du GR20, le reste de l'année c'est donc privé, désert, et fermé à double tour ; la différence avec certains campings à la ferme n'est pas forcément flagrante (si ce n'est que ces derniers, plus accessibles, ne font pas leur blé que sur les randonneurs-géhéristes-montagnards) ;
- gîtes communaux et municipaux, dortoirs collectifs le plus souvent fermés et sans gardien (même s'il bosse à quelques mètres de là) auquel tout passant peut accéder (pas de statut à avoir, juste demander sur place ou à l'avance l'ouverture des lieux), toute l'année ou presque (hors rénovations etc.), contre une somme qui ne constitue pas la source de revenus de l'entité (quoique, si on baisse encore et toujours le financement des mairies, y a un risque !) - ceci afin que le voyageur puisse dormir/chier/mâchouiller ses lyophilisés "au sec" (ça me semble le minimum pour un "gîte" : matelas, espace hygiène, espace repas), p.ex. mairies de Calenzana/Corscia/Poggio-di-Venaco le long de sentiers de rando.

Le côté "intégralement privatisable" me semble pas bête s'il est appliqué en toute logique : ainsi, je peux certes réserver pour mes potes la totalité des lits d'un vrai refuge de montagne (et donc "interdire à quiconque d'y dormir", privatiser les matelas quoi) mais plus difficilement empêcher tout accès au lavabo/cuisinière/cheminée (je n'ai pas "les clés" du bâtiment). Idem pour un gîte communal, on me l'ouvrira si je suis le premier arrivé mais on ne me laisse pas les clés, et si un autre gusse ayant réservé/averti la mairie arrive, ce sera pour lui déjà ouvert (et partiellement occupé). C'est, me semble t-il, l'inverse pour certaines maisons forestières etc. où j'ai les clés, je deviens alors temporairement un vrai "maître des lieux" comme pour n'importe quelle location de vacances ou gîte rural...

Donc +1 pour les critères à retenir, àmha les plus importants, et qui conjointement évacuent les bêtes campings ou hôtels :
- en zone de randonnée (massifs listés of course, ou aussi le long de sentiers de rando reconnus ?)
- espace pas (intégralement ?) privatif ou privatisable, tout ou partie des fonctions restant accessible à tous
- accès non libre (requiert autorisation/notification préalable, réservation nominative, et/ou payer sur place ou avant...) mais s'adressant à tous (pas de condition d'adhésion, résidence, employé, corps de métier...)
- mieux équipé qu'un simple hangar ou cabane ou camping (aménagements ayant vocation à héberger en collectif et "au sec", espaces dodo + hygiène + repas, matelas ouatère table et chaises et évier)
Caution ou cotisation, pas vu ça ni en bergerie ni en gîte communal.

Je n'aime pas trop le vocable "cabane non gardée avec clé", quand il s'agit d'une splendide maison du XVIIIe de 6 pièces et 2 étages au centre d'un village, ouverte toute l'année, dont le seul inconvénient est qu'il faut appeler la veille la mairie pour qu'un grouillot vienne ouvrir et aérer et chauffer un peu le dortoir avant qu'on arrive :) "Hébergement collectif sur contact préalable" me semble plus neutre, bien jargon bureaucratique :D
Merci pour cette contribution détaillée et exhaustive : tu as débusqué pratiquement tous les "cas tordus" ou intermédiaires qui ne rentraient pas dans les cases "abri non gardé" (cabanes de bergers, forestiers, chasseurs, etc. laissées ouvertes en permanence ou presque) ou "refuge gardé" avec donc un gardien et un local d'hiver pour les périodes hors gardiennage. Je mets dans les dits "cas tordus" bien des gîtes d'étape, lesquels au fil du temps ont vu apparaitre des trucs où on trouve à peu près toutes les configurations possibles (comme chez la défunte Samaritaine).
Donc, j'applaudis vivement à ta proposition "Hébergement collectif sur contact préalable" : on y mettra les moutons à cinq pattes, boucs à trois cornes et vaches trijambistes....
Et puis, pour les chichiteux ou pisse-froid fanatiques des classements et catégorisations détaillées, la consultation de la fiche qui comportera les détails nécessaires devra suffire...

Re: [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

par SQFP.info » 14 juin 2018, 12:34

Mes deux centimes, comme on dit :

je comprends bien l'idée que WRI ne devienne pas un énième BoukinguePointCom rempli d'hôtels et auberges faisant leur auto-promo.

En même temps™, je considère qu'il y a une différence subtile entre, d'une part, des "sociétés d'hébergement" (comme peut l'être un gîte d'étape, chambre d'hôte, hôtel), dont l'activité pro déclarée au FISC est (exclusivement ou entre autres) l'hébergement lucratif, et d'autre part, des hébergements peu ou prou contrôlés par une instance publique ou non lucrative, au financement pas ou peu dépendant de l'activité commerciale (abris gérés par un service public, une association, une mairie...).

Exemple de quelques cas qui me préoccupent (ont-ils leur place ici ? dans quel tiroir les classer ?), en Corse :
- bergeries/fermes en activité (= propriété privée d'un particulier déclaré comme exploitant agricole) mais servant de "pseudo-refuge" en saison (loue nuitées à l'abri, fait buvette/vente alim...), p.ex. Inzecche, Radule, Vaccaghja le long du GR20, le reste de l'année c'est donc privé, désert, et fermé à double tour ; la différence avec certains campings à la ferme n'est pas forcément flagrante (si ce n'est que ces derniers, plus accessibles, ne font pas leur blé que sur les randonneurs-géhéristes-montagnards) ;
- gîtes communaux et municipaux, dortoirs collectifs le plus souvent fermés et sans gardien (même s'il bosse à quelques mètres de là) auquel tout passant peut accéder (pas de statut à avoir, juste demander sur place ou à l'avance l'ouverture des lieux), toute l'année ou presque (hors rénovations etc.), contre une somme qui ne constitue pas la source de revenus de l'entité (quoique, si on baisse encore et toujours le financement des mairies, y a un risque !) - ceci afin que le voyageur puisse dormir/chier/mâchouiller ses lyophilisés "au sec" (ça me semble le minimum pour un "gîte" : matelas, espace hygiène, espace repas), p.ex. mairies de Calenzana/Corscia/Poggio-di-Venaco le long de sentiers de rando.

Le côté "intégralement privatisable" me semble pas bête s'il est appliqué en toute logique : ainsi, je peux certes réserver pour mes potes la totalité des lits d'un vrai refuge de montagne (et donc "interdire à quiconque d'y dormir", privatiser les matelas quoi) mais plus difficilement empêcher tout accès au lavabo/cuisinière/cheminée (je n'ai pas "les clés" du bâtiment). Idem pour un gîte communal, on me l'ouvrira si je suis le premier arrivé mais on ne me laisse pas les clés, et si un autre gusse ayant réservé/averti la mairie arrive, ce sera pour lui déjà ouvert (et partiellement occupé). C'est, me semble t-il, l'inverse pour certaines maisons forestières etc. où j'ai les clés, je deviens alors temporairement un vrai "maître des lieux" comme pour n'importe quelle location de vacances ou gîte rural...

Donc +1 pour les critères à retenir, àmha les plus importants, et qui conjointement évacuent les bêtes campings ou hôtels :
- en zone de randonnée (massifs listés of course, ou aussi le long de sentiers de rando reconnus ?)
- espace pas (intégralement ?) privatif ou privatisable, tout ou partie des fonctions restant accessible à tous
- accès non libre (requiert autorisation/notification préalable, réservation nominative, et/ou payer sur place ou avant...) mais s'adressant à tous (pas de condition d'adhésion, résidence, employé, corps de métier...)
- mieux équipé qu'un simple hangar ou cabane ou camping (aménagements ayant vocation à héberger en collectif et "au sec", espaces dodo + hygiène + repas, matelas ouatère table et chaises et évier)
Caution ou cotisation, pas vu ça ni en bergerie ni en gîte communal.

Je n'aime pas trop le vocable "cabane non gardée avec clé", quand il s'agit d'une splendide maison du XVIIIe de 6 pièces et 2 étages au centre d'un village, ouverte toute l'année, dont le seul inconvénient est qu'il faut appeler la veille la mairie pour qu'un grouillot vienne ouvrir et aérer et chauffer un peu le dortoir avant qu'on arrive :) "Hébergement collectif sur contact préalable" me semble plus neutre, bien jargon bureaucratique :D

Re: [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

par Claude Mauguier » 04 juin 2018, 18:16

sly a écrit :
04 juin 2018, 17:42

En le créant ex nihilo si besoin : Hébergement collectif, gîte collectif, gîte wri. Pourvu que cela incite à documenter dans les remarques ce qu'il en est et à se renseigner sur notre définition et ne pas prêter à confusion.
Je suis d'accord. Le "collectif" est essentiel. On peut affiner dans la définition
sly a écrit : Moi non, je préfére donc une clause plus simple comme avant :
a2) pouvoir accueillir pour une nuit une personne seule.
D'accord aussi
sly a écrit : Je suis contre qu'un repas servi soit nécessaire, une cuisine libre service doit pouvoir faire l'affaire.
C'est vrai, j'approuve ta remarque
sly a écrit :]
c) ne pas pouvoir être "privatisable" dans son entier par un ou plusieurs individus dont le nombre total est inférieur à la capacité totale du gîte.
ça je trouve une bonne idée : En gros, un hébergement collectif. A voir comment le formuler, mais l'idée de fond est là : augmenter les chances qu'il y ait une place libre et ne pas répertorier ceux qui sont à fin de réservation exclusives.
C'est dans cet esprit que le fonctionnement de Montailloux m'avait heurté. Et que les gîtes créés par l'ONF sous l'appellation "Retrouvance" sont réputés "fermés ou privés", puisqu'il s'agit en fait d'une privatisation d'un espace public (ONF vit avec nos impôts !), via l'organisation de randonnées avec portages de sacs, accompagnateur et utilisation impossible aux "non inscrits" !
sly a écrit :]
J'aime pas l'idée d'impliquer les tarifs. A discuter...
J'ajouterais bien : présence d'un gérant. Les cas de clé/code à récupérer en bas dans la vallée contre paiement ou caution ou carte identité pour dissuader les vandales sont des cabanes non gardées avec clés.
Oui, on pourrait affiner les "cabanes clef" en ajoutant "ou/et avec réservation"
sly a écrit :Et enfin, une condition spéciale dominique (car oui, je t'entend d'ici nous dire qu'un hôtel rentre parfaitement dans ce que nous décrivons) :
e) Ne doit pas être un hôtel .et ce, car d'autres sites font mieux que nous.
OK aussi
sly a écrit :La solution satisfaisante est-elle alors de supprimer tout ce qui n'est pas refuges gardés et cabanes ouvertes ?
C'est une solution radicale mais excessive !

Résumons :
- En zone de montagne
- ouvert, gardé, surveillé ou géré entre telle et telle dates (au besoin toute l'année, mais sans "local hivernal")
- Accessible à un isolé,
- soit librement, ou moyennant le retrait d'une clef ou/et une réservation (mail, téléphone, courrier...).
- avec repas ou cuisine en accès libre (salle hors-sac par ex.)
- avec (à discuter) ou sans versement d'une caution ou cotisation .

Autre...?

Re: [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

par sly » 04 juin 2018, 17:42

Je vois dans ce débat sur notre catégorie gîte d'étape une question qui est finalement très liée : "qu'accepter sur refuges.info ?"

Un peu d'histoire : Refuges.info a démarré uniquement avec les cabanes non gardées (ouvertes tout le temps) parce qu'il n'existait rien pour les répertorier de manière groupée. A glissé ensuite vers les refuges gardés (qui offre une partie ouverte tout le temps, ou acceptent tout le monde dans leur fonction de refuge (se protéger)
Et puis un jour, je sais plus bien qui/quoi mais a été ajouté un lieu d'hébergement qui ne faisait plus partie de ces catégories : pas ouvert en permanence, le Gîte d'étape a débarqué.

Depuis je n'ai de cesse de m'inquiéter et je cherche à en restreindre le nombre. Pourquoi ? car j'ai toujours comme peur qu'a trop accepter d'établissements d'hébergements, notre site à vocation bénévole, avec modérateurs bénévoles se retrouvent surchargé de travail, à gérer des querelles entre clients et fournisseurs. Avec la possibilité de diffamation, de responsabilité d'hébergeur/éditeur et de tribunal.
Car l'une des particularités des ces établissements, c'est que les propriétaires en vivent, et je pense que ça augmente ces risques.
Ce n'est pas le fait que l'hébergement ait un coût, quel qu'il soit, mais que cela implique, je le crois, un plus grand risque de conflit clients <-> fournisseurs
Et on en a déjà pas mal rien qu'avec les refuges gardés (gardien pas sympa, pub mensongère, tarifs trop élevés, soupe froide, et j'en passe) que je ne souhaite pas augmenter ça.

Mais je ne nie pas leur intérêt pour le randonneur, tout comme dominique, qui défend que les hôtels en montagne sont des hébergements tout à fait valable pour le randonneur, je m'en sers aussi. Et comme refuges.info est à la fois une base originale de donnée et un outil d'aide à la planification des randonnées je peux comprendre la question que dominique pose :
Pourquoi refuges.info ne serait-il pas un site du "où peut on dormir en montagne ?"

Pour moi, il ne devrait pas l'être car j'ai peur (non je n'ai pas de certitudes, je ne connais pas l'avenir) que pour y arriver, il faudrait transformer notre mécanisme de fonctionnement, en un truc se rapprochant de Trip Advisor/Guide du routard and co
Qui impliquerait un besoin en financement pour gérer une équipe, les conflits, et le volume.
Cela tandis que des sites les listant existent déjà, comme dit claude, les meublés de tourisme sont sur les catalogues d'office du tourisme, les hôtels ont leur chaînes ou sur Trip Advisor, et en libre on trouve OSM.

Donc, soit ça marche pas et on aura quelques coquilles mal renseignées avec faible couverture et l'unique avis biaisé du patron, soit ça marche et note équipe de modérateurs bénévoles ne suffira plus et refuges.info de se transformer en ce que je ne veux pas et il faudra alors tout virer (ou juste moi !) à la grande souffrance de ceux qui auront saisi toutes les infos. Ergo : je suis contre (Mais le débat continu !).
Entendons nous bien : contre les répertorier et les gérer, car présenter ces hébergements en lecture seule sur notre recherche ou sur nos cartes comme c'est le cas j'y reste favorable et je suis pour améliorer encore l'outil.


Mais j'en reviens au gîte d'étape dont il est question sur ce sujet. Ayant expliqué pourquoi, pour l'instant, je veux en réduire leur nombre, je veux aussi en clarifier ceux que nous acceptons.
A noter que j'ai même sérieusement envisagé de les supprimer, mais je n'arrive à m'y résoudre par respect pour tous ceux saisis.
Je suis d'accord avec Claude sur le besoin de réformer sur refuges.info les conditions d'acceptation pour créer une fiche de "gîte d'étape" car actuellement ça laisse un peu trop de flou et donc des débats, passionnés mais long quand débarque un nouvel hybride mi hôtel, mi meublé de tourisme, mi chambre d'hôte. Je suis même ouvert à en changer la dénomination si celle-ci, comme le fait remarquer SQFP.info prête trop à confusion.
En le créant ex nihilo si besoin : Hébergement collectif, gîte collectif, gîte wri. Pourvu que cela incite à documenter dans les remarques ce qu'il en est et à se renseigner sur notre définition et ne pas prêter à confusion.
a) accueillir un ou plusieurs quidams qui auront (ou non) annoncé leur venue,
Souhaite tu exclure les établissements dont la réservation est obligatoire ?
Moi non, je préfére donc une clause plus simple comme avant :
a2) pouvoir accueillir pour une nuit une personne seule.
b) fournir un minimum de prestations justifiant son appellation, telle que repas chauds ou non, couchages autres qu'un tas de paille dans une étable, sanitaires (WC + au minimum un robinet d'eau froide et potable),
Je suis contre qu'un repas servi soit nécessaire, une cuisine libre service doit pouvoir faire l'affaire.
c) ne pas pouvoir être "privatisable" dans son entier par un ou plusieurs individus dont le nombre total est inférieur à la capacité totale du gîte. Ceci afin d'éviter le mauvais côté de la médaille, à savoir le refus par les occupants d'accepter un "non locataire" en cas de nécessité - avec pour suites probables les infinies querelles, engueulades, noms d'oiseaux et autres horions.
ça je trouve une bonne idée : En gros, un hébergement collectif. A voir comment le formuler, mais l'idée de fond est là : augmenter les chances qu'il y ait une place libre et ne pas répertorier ceux qui sont à fin de réservation exclusives.
d) offrir des conditions tarifaires dans les limites admises de la catégorie GE.
J'aime pas l'idée d'impliquer les tarifs. A discuter...

J'ajouterais bien : présence d'un gérant. Les cas de clé/code à récupérer en bas dans la vallée contre paiement ou caution ou carte identité pour dissuader les vandales sont des cabanes non gardées avec clés.

Et enfin, une condition spéciale dominique (car oui, je t'entend d'ici nous dire qu'un hôtel rentre parfaitement dans ce que nous décrivons) :
e) Ne doit pas être un hôtel

et ce, car d'autres sites font mieux que nous.
Mais je comprends bien toute l'ambiguité de ma posture, j'en arrive à accepter des établissements en tout point identiques à d'autres que je refuse sous prétexte qu'ils sont hôtels.
La solution satisfaisante est-elle alors de supprimer tout ce qui n'est pas refuges gardés et cabanes ouvertes ?

Re: [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

par Claude Mauguier » 02 juin 2018, 19:07

Pour l'instant il y a sly, Dominique, Mamée, SQFP, et mézigue (je fais des heures-sup là 8) ) que le sujet branche vraiment depuis qu'il a été réactivé. Hou-hou ! Les mod/admin ! on attend vos avis... :sleep: :sleep:
:ours:

Re: [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

par SQFP.info » 02 juin 2018, 18:50

Disons que c'est quelque peu contre-intuitif avec les noms "officiels" consacrés par l'usage (p.ex. les "gîtes d'étape municipaux/communaux" de Calenzana, Olmi, Poggio etc. étant connus et indiqués sous ce nom, par les autochtones, sur les panneaux indicateurs, et dans les guides...), ça fait bizarre de rentrer un "gîte d'étape" pas dans la catégorie "gîte d'étape". Mais bon, je vais me remettre du traumatisme ;)

(Ceux que je cite sont d'ailleurs bien mieux équipés et plus confortables que bien des hôtels des environs - au "repas chaud fourni" et "gardien/veilleur de nuit 24/7" près - et même que mon propre appartement, où je n'ai ni clim ni frigo américain ni sofa en cuir. :))

Re: [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

par Claude Mauguier » 02 juin 2018, 18:21

Les exemples abondent de ce qu'est ou n'est PAS un gîte d'étape. A ce titre, les réflexions de Mamée ou de SQFP, pointent sur des cas intéressants qui s'apparentent aux critères des "cabanes avec clef", sauf que la clef peut n'être que symbolique ou s'accompagnant d'une réservation (peu importe comment) complétée par une somme modique à verser. A mettre dans le même pot le http://www.refuges.info/point/6279/caba ... s-Sources/ qui vient d'être créé par ma pomme....
La chose de Montailloux rentre plus dans ce genre de catégorie que dans celle des gîtes d'étape,bis repetita lesquels, insistons bien,
- offrent des repas ou au minimum une cuisine en libre accès, et un point d'eau accessible en toute occasion (sans parler même de douche).
Alors, pourquoi ne pas adjoindre au mot "clef", celui de réservation ? Ce qui permettrait de classer tous les inclassables tant ils sont variés et variables dans leurs offres.

Re: [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

par SQFP.info » 02 juin 2018, 17:14

OK, ce n'était pas clair dans la définition au moment de créer la fiche (le gîte répondant aux quelques critères énumérés).
J'ai fait la modif, merci :)

Re: [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

par Claude Mauguier » 02 juin 2018, 15:03

SQFP.info a écrit :
02 juin 2018, 14:22
Faut-il passer ça en "abri non gardé" ?
Pour l'heure, la réponse est "oui".

Re: [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

par SQFP.info » 02 juin 2018, 14:22

Un gîte d'étape doit-il nécessairement proposer un repas chaud ? Car j'ai entré hier un "gîte d'étape" (la dénomination selon carte IGN) qui est en fait un "gîte municipal" (selon la mairie qui le gère, réservation/paiement etc.). Ce "machin" ne propose pas de service de restauration et n'est pas "gardé" (et pour cause, la pauvre secrétaire de mairie a autre chose à faire qu'attendre sur le seuil de la maison jusqu'à point d'heure l'arrivée d'hypothétiques randonneurs...)

Faut-il passer ça en "abri non gardé" ?

Re: [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

par Claude Mauguier » 02 juin 2018, 10:50

Pas de souci, dans ce cas c'est une cabane avec clef, ou en langue WRI : abri non gardé, clef à retirer

Re: [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

par Mamée » 02 juin 2018, 08:06

J'avoue être complètement perdue avec les différentes dénominations.
Et ne sais où mettre, par exemple, ce refuge communal qui n'est plus accessible que sur réservation par internet et uniquement en juillet et août ?
https://villardnotredame.blog4ever.com/ ... s-organise

Re: [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

par Claude Mauguier » 01 juin 2018, 11:21

Je comprends ton point de vue. Mais le pb ici n'est pas de restreindre ceci ou cela, il est de simplement savoir ce que parler veut dire et ce que les mots signifient. L'universalisme libertaire, oui mais le flou zarbi, non !

Si on me signale un gîte d'étape sur mon chemin, je ne veux pas devoir passer deux jours à trouver la clef, le proprio, le chemin, et je veux compter sur un repas chaud et un robinet. Point barre.

Donc je propose, afin d'y caser tous les trucs "borderline", où font débat et les intentions, et les prestations, et les imprécisions volontaires ou non...de créer un truc qui se nommerait "autres hébergements en montagne" (on va pas recenser toutes les loc. saisonnières ou les hôtels : il y a les S.I. / O.T. pour ça).

Re: [Débat]Qu'est-ce qu'un Gîte d'étape chez refuges.info ?

par Dominique » 01 juin 2018, 08:08

Je veux dire qu'il y a tellement de façon de profiter de la montagne qu'il est difficile de définir des limites à priori.

Mon avis est que la règle doit être simple, large et vérifiable : on peut dormir (on a discuté déjà de ne pas documenter l'approvisionnement) + rapport avec la montagne (bon, on fait pas rando etc) + les informations sont exactes et respectueuses.
Les autres critères me semblent difficile à évaluer.
Quand à apprécier si on peut inclure tel ou tel service dans la pratique qu'on prépare, laissons leur libre arbitre aux utilisateurs (et ça nous évitera quelques prises de têtes).

Et si notre site permet à des acteurs de la montagne de se faire connaître, tant mieux, même si ça peut ressembler quelquefois à de la pub.

Enfin, c'est mon avis, pour participer au débat.

Haut