Cabane à Goupette (Cliquer ici pour retourner sur la fiche de Cabane à Goupette)

Forum dédiés à chaque refuge. Les "topics" sont créés automatiquement pour chaque point du site. NE PAS en créer de nouveaux. Utilisez le forum "Divers"

Avatar du membre
nivéole
Messages : 106
Enregistré le : 20 avr. 2005, 13:17
Localisation : Grenoble

Message par nivéole »

Laisser ses impressions, des appréciations et discuter de choses diverses autour de Cabane à Goupette
Les commentaires (sur la fiche) sont dédiés à une information objective.
En lisant tout ça, et surtout le dernier message d'Artos, ça me file le moral à zéro.
En arriver là c'est qu'il y a un problème qui dépasse le simple domaine de la préservation des refuges non gardés. La montagne se dégrade à vue d'oeil avec un état d'esprit qui matraque de plus en plus les choses simples de la vie : la liberté, le non matérialisme, la contemplation.
Si il faut (un tant soit peu) limiter les dégats, j'approuve également cette décision de supprimer la localisation de cet havre de paix.

Avatar du membre
Dominique
Messages : 2792
Enregistré le : 08 avr. 2006, 21:58
Localisation : Chaville 92
Contact :

Message par Dominique »

Bonsoir,

puisque beaucoup de personnes se sont enflammée pour ce sujet, et c’est tant mieux, autant que j’y ajoute mon grain de sel.
Je trouve un peu fort que certains planifient leur nuit dans la cabane de X et soient étonnés de ne pas pouvoir réaliser leur souhait.
Je pratique la montagne depuis 40 ans, et depuis 40 ans la montagne me ravit parce qu’elle est … imprévisible.
On prévoit une balade et il y a mauvais temps ? Ben on ne part pas (ou on rentre).
On prévoit d’aller dans un coin et ça ne passe pas ou on est pas en forme ou quelqu’un du groupe … alors, vive le plan B.
On prévoit la cabane de X et elle est pleine ? Alors, vive le bivouac à côté.
Vous n’avez pas de quoi bivouaquer à côté ? Alors vous êtes simplement imprévoyant. Mais n’accusez pas les Parisiens ou un site Web ou je ne sais quoi.
En montagne, il faut rester humble et prendre ce que la montagne nous donne quand elle a décidé de nous le donner, et partager cette merveille avec les autres.
Personnellement, la montagne réservée, planifiée, automatiquement et toujours disponible pour moi tout seul ne m’intéresse tout simplement pas.

Ce site est un merveilleux endroit de partage ou chacun raconte le plaisir qu’il a eu et partage son expérience, pas un catalogue de vacances toutes prêtes et garanties. Il ne faut pas commencer à le censurer.
En Vanoise, il y a 1 000 000 de visiteurs par ans, il y a un règlement restrictif mais nécessaire pour que tous puissent profiter des paysages. Et ça marche très bien. Il faut savoir partager. Tout ne peut pas être en accès libre automatique et gratuit.

Et si certains veulent de l’authentique, un vrai contact avec les habitants, je connais certaines vallées des Pyrénées ou vous pouvez passer dans les villages, discuter avec les gens qui y habitent, voire vous faire inviter par le berger à coucher dans sa cabane (ça m’est arrivé il y a quelques années, je ne vous dirai pas ou).
Vous pouvez alors prendre la truelle et aider à retaper un abri. Allez sur le site http://www.pyrenees-refuges.com/ vous verrez qu’ils demandent du monde et vous serez bien reçus. Mais pour ça, il ne faut pas seulement consommer, mais aussi participer à la vie montagnarde.

Cordialement.

Dominique, de Chaville (ben oui, c’est à Paris)

Avatar du membre
Claude Mauguier
Messages : 2339
Enregistré le : 08 avr. 2011, 15:31
Localisation : Isére

Message par Claude Mauguier »

cavailhez a écrit : Je pratique la montagne depuis 40 ans,

Dominique, de Chaville (ben oui, c’est à Paris)
Moi aussi...et c'est à Bleau que j'ai appris à grimper... : à Parisien, Parisien et demi !
Ceci dit, le problème n'est pas de planifier quoi que ce soit, mais de limiter les déprédations.
La Vanoise ? Refuges gardés d'altitude, presque exclusivement. Pour trouver un châlet d'alpage lambda ou une cabane forestière, on peut toujours se frotter (ou alors, j'ai mal cherché). Les Pyrénées ? J'y ai vécu huit ans et en 500 jours de fréquentation de la montagne ariégeoise, j'ai dû croiser des êtres humains une dizaine de fois en tout (en dehors de l'été, s'entend). La surfréquentation n'est pas, en soi, un mal mais les lois de la statistique sont inexorables : au "potentiel" représenté par le 1/2 million d'habitants vivant dans un rayon de 100 km autour de Foix, répondent les 3 ou 4 millions, voire plus qui gravitent à la même distance de Grenoble. Donc, constater qu'un débile est allé défoncer la porte des chiottes d'Arbarétan (en plein hiver !) est un évènement hautement plus probable que de voir la cabane d'Embizon recouverte de tags. Quand à l'hospitalité des Pyrénéens, parlons-en : elle m'a permis d'être littéralement "jeté" avant même d'avoir mis les pieds dans la cabane, par les "gens d'ici" armés de fusils ou de cannes à pêche, à quatre reprises, dont deux avec le mauvais temps et alors que la tempête menaçait...! En 40 ans de montagne, je n'ai vécu cette situation qu'en Ariège, plus précisément dans la vallée d'Aston (qu'ils soient maudits et ensevelis sous le crottin d'ours).
Il ne s'agit donc pas de répondre à une situation par des interdictions ou des malédictions à l'encontre des groupes ou des...Parisiens, mais de limiter ou de réparer les dégâts. Encore une fois, l'entreprise de refuges.info ne vise sans doute pas à fonder un petit club restreint de privilégiés des espaces solitaires, mais à faire connaître cet espace en lui évitant l'érosion des mufles.
En 40 ans de montagne, on doit finir par porter un regard assez féroce sur la réalité montagnarde, en tout point identique à celle qui sévit dans les plaines, c'est mon cas.

scal
Messages : 10
Enregistré le : 24 déc. 2005, 16:24

Message par scal »

cavailhez a écrit :Je trouve un peu fort que certains planifient leur nuit dans la cabane de X et soient étonnés de ne pas pouvoir réaliser leur souhait.
je ne crois pas que l'objet principal de cette discution porte la dessus mais plutôt sur la dégradation de ces cabanes, liée à une fréquentation pour laquelle elles n'avaient pas jusqu'à présent été destinées et qui bien sûr a augmentée depuis la publication sur le net.

Jusqu'à présent elles représentaient plutôt l'esprit des spéléos, des gens du coin et des randonneurs avisés qui les fréquentaient en "amateurs" et donc les respectaient. J'ajoute que Serre du Play à mon goût, est un des derniers vestiges presque authentique des jas du Vercors.

Ludo
Messages : 7
Enregistré le : 12 déc. 2005, 10:28

Ludo

Message par Ludo »

J'ai vu avec surprise ce débat enflammé sur les cabanes... Je suis d'accord pour supprimer les cabanes non répertoriées sur les cartes IGN (c'est le cas de Goupette).
On ne peut pas reprocher au site d'inciter les sagouins à venir en montagne, l'information étant publique (en achetant les cartes IGN notamment, ou bien le bouche à oreille). Là ou le débat me blesse, c'est lorsque je (crois) lire que ce sont des citadins (en l'occurence Parisiens) qui sont responsables des dégradations...J'ai vu de nombreux Grenoblois, soi disant "montagnards" se comporter comme des sauvages, et des ruraux qui ne faisaient pas mieux (des types de Corrençon...)...Alors la morale...
Il est évident que le site décuple l'information et rend accessible (c'est une bien belle illusion!!) la montagne. Dans ce cadre, on ratisse plus large et la probabilité de tomber sur ces gougnafiers est plus grande...
Que faire de plus ? communiquer largement sur la conduite à tenir en montagne (être équipé pour faire face à toute éventualité, respecter la nature, les autres randonneurs...belle utopie !), être humble,...
Je crois malheureusement que le site est victime de son succès...
Ludo (de Fontainebleau)

Nicolas Masson
Messages : 291
Enregistré le : 14 déc. 2005, 12:33

Message par Nicolas Masson »

Constat :
Les abris non gardés en libre accès ne peuvent pas supporter une fréquentation importante.
Tout d'abord parce qu'il ne peut pas y avoir de la place pour tout le monde qui voudrait y aller.
Ensuite parce qu'une fréquentation importante augmente le risque que des personnes mal élevées ou mal intentionnées utilisent le refuge.
Peu importe finalement les raisons sociologico-psycholo-machin qui font -pour résumer- qu'il y a toujours une proportion de "cons" parmi les visiteurs d'un refuge.
Par rapport à cette surfréquentation, certains refuges sont plus vulnérables : Si ils sont bien équipés, ils attirent plus de monde et sont plus sujets au vandalisme, d'autant plus si ils sont proches des routes et d'accès facile.
Les deux refuges ayant fait polémique (Goupette, Combe de Fer), sont dans ces catégories.


Refuges.info dans tout ça :
En divulgant l'existence de certains de ces refuges jusqu'alors peu connus à un large public, refuges-info (les administrateurs, les modérateurs, les contributeurs) est en partie responsable de l'augmentation de la fréquentation et de ses conséquences. "En partie" seulement, mais "responsable" quand même.
Moi-même, je regrette à présent d'avoir divulgué ma découverte de la Cabane en Plein Vent. Si elle venait à être dégradée par des gens l'ayant connu directement ou indirectement grâce à moi, je partagerais une part de responsabilité.
Dans le monde physique du "bouche à oreilles", je peux choisir de n'en parler qu'à des personnes de confiance. Sur refuges.info, n'importe qui peut la découvrir.

Paradoxe sur le partage (mes états d'âme sur la "wilderness") :
On pourrait vouloir faire des topos de toutes les montagnes, répertorier tous les refuges avec la liste de leurs équipements.
C'est une idée généreuse de vouloir partager la connaissance et faire profiter le plus grand nombre des lieux qui nous donnent des émotions et du plaisir.
Mais tout répertorier, c'est aussi abolir la découverte et l'exploration de l'inconnu et par conséquent l'initiative et la responsabilité personnelle. Je souhaite qu'il reste des tâches blanches sur les cartes -y compris à proximité des grandes villes des Alpes-. Je souhaite pouvoir être surpris de découvrir une sente cairnée ou une cabane inconnue des topos et de l'IGN, pour mon plus grand plaisir, et celui des autres présents et à venir. Une autre forme de partage.

Mes propositions concrètes :
Il faudrait que refuges.info s'autocensure -avec discernement-. Ca ne vas pas être facile.
Les refuges ou abris déjà présents sur les cartes IGN et les topos classiques peuvent, doivent, rester sur le site. Ils permettent à celui qui prépare sa rando avec la carte et le topo de connaître l'état du refuge qu'il va visiter. Car on sait que les petits pictogrammes rouges de l'IGN correspondent parfois à des ruines ou à des portes closes.
Pour les autres refuges il faut que "quelqu'un" ou "quelques-uns" prennent la responsabilité de faire le tri :
Les refuges spartiates, qui ne craignent pas les dégradations et n'attireront pas les groupes, mais seront utiles au randonneur surpris par l'orage peuvent rester.
Les refuges éloignés, dont l'accès est long et difficile sont naturellement protégés, et ce sont souvent les plus utiles. Ils doivent rester aussi.
Pour ceux qui ne rentrent pas dans ces catégories, il faut être discret. Ne pas les indiquer du tout serait frustrant : il faut censurer leur position et ne pas indiquer le moyen de s'y rendre. Ceux qui les ont découverts "par leurs propres moyens" pourront toujours échanger des commentaires et poster des photos pas trop explicites.

Nicolas Masson
Messages : 291
Enregistré le : 14 déc. 2005, 12:33

Message par Nicolas Masson »

Il y a encore un commentaire sur le site qui indique clairement comment se rendre à la cabane.
De plus le nom "xxxx xxxx" apparaît sur les cartes IGN.
Il faudrait la rebaptiser "Goupette".

Je demande aussi à ce que quelque chose soit fait pour que les cabanes "censurées" qui apparaissent "n'importe où" sur la carte aient un pictogramme spécial pour que personne ne puisse croire à première vue qu'il y a un refuge à cet endroit.

Laurent

Ouiaip...

Message par Laurent »

Mon propos était volontairement provocateur.
La différence entre un refuge pointé et ce site c'est la publicité attrayante qui est faite (photos, commentaires, indices de localisation).
Je n'ai profité de ces cabanes qu'une seule fois, la peur au ventre de me retrouver refoulé par une horde de joyeux lurons, eux tout excités à l'idée de l'aventure qu'ils vivent et totalement sourds au sentiment de sacré/respect que nous inspirent ces espaces préservés.
La pratique du bivouac s'accentue chez les amateurs d'espace à mesure que nos joyeux lurons investissent les "combines" de refuges.info...
Une mesure drastique pour limiter l'attractivité de votre site chez le public visé serait peut-être de retirer les photos (après IGN qui vous avaient taquinés cela fait peut-être beaucoup à supporter pour les administrateurs du site ?).
L'idée étant de ne garder que des infos pratiques d'état des lieux, des sources,...
N'étant pas un local j'arrêterai là mes prétentions et je vais aérer ma tente légère...
Merci tout de même de cette belle initiative individuelle qu'a été (restera?) votre site.

[ lien mort]

Avatar du membre
Dominique
Messages : 2792
Enregistré le : 08 avr. 2006, 21:58
Localisation : Chaville 92
Contact :

Message par Dominique »

Mon cher Artos,

Pardon de ne pas avoir répondu plus tôt, j’étais en rando dans le Morvan, et je n’avais pas emmené le bousin à accès rapide.

Je doute toujours que le droit à l’hébergement gratuit et sans condition dans toutes les zones de montagne soit un droit pour tout le monde et un devoir pour le montagnard.
Je crois que la montagne appartient d’abord à ceux qui y vivent, l'entretiennent et souvent en sont les propriétaires. Sans eux, elle ne serait tout simplement pas accessible. A eux de décider la façon de s’en servir.
Personne n’envisagerait de passer la nuit dans une propriété privée à Bleau, dans les Hauts de Seine ou dans le Morvan, même en cas d’orage le soir. Pourquoi le revendiquer en Ariège ou en Vanoise ?
Ayant entretenu une grange Ariégeoise pendant 15 ans, je sais ce que ça coûte en argent, en sueur, voire en paperasse, impôts locaux, demandes de travaux, conflits avec le voisinage, … On ne peut pas demander à tous les montagnards cet effort bénévole.
Je reconnais que les Ariégeois sont des ours, mais pour avoir débarqué un soir d’orage avec 4 gamins mouillés dans une cabane de Pré Peyret surchargée, je peux te dire que l’accueil glacial n’est pas notre exclusivité, mais la conséquence d’une mésentente sur la règle du jeu. (nous avions des tentes heureusement et tout s’est bien fini)

Ceci dit le point est : limiter les déprédations. J’aimerais ajouter ne pas mettre les néophytes en situation difficile.
J’aime beaucoup refuges.info et je pense qu c’est le bon format de site pour informer : visuel, interactif, bien connu maintenant. Du bon boulot ! généreux et qui a dû coûter des heures, comme pour les cabanes.
Permettez-moi un oeil extérieur : il peut être interprété comme une invitation à consommer la montagne. Ça ressemble à un catalogue. Certains y semblent même surpris que les cabanes du Vercors deviennent surchargées, qu’il n’y ait pas de cabanes en Vanoise et que les Ariégeois interdisent les leurs…
Je comprends qu’on puisse mal interpréter ces informations. J’ai un peu de mal moi-même à savoir quoi attendre du Vercors.

Ma proposition est d’ajouter au recensement des cabanes les règles de vies, tout ce qui permet d’y accéder, à qui elles appartiennent, qui les entretient, pourquoi, les difficultés, qui est responsable en cas d’accident, qui approvisionne le bois, … Chacun doit-il amener son écot (une scie, un jeu, un matelas, …) ?
Il y a quelques années à Carette, il y avait un panneau disant qu’il fallait envoyer le prix de son séjour au parc. Est ce toujours le cas ? Qui sont ces «Gardiens du Parc» cités dans les topo-guides qui entretiennent ces cabanes ? Quid des cabanes privées ? Qu’est ce qui se passe en cas de surfréquentation ? Qu’y a t’il d’intéressant à voir ? Ou trouver de l’eau, comment y aller en voiture, en transport en commun, comment et ou faire du vol de pente, du VTT sans déranger ou détruire quelque chose auquel on ne pense pas quand on ne connaît pas ?
Je crois que c’était le premier but du site (il y a plein de types d’info pas très fournis).

Peut être qu’en ayant expliqué tout ça, les usagers seraient plus avisés, compréhensif et respectueux ?

Enfin juste quelques idées... Vaste projet !

Cordialement.

Un Ariégeois vivant à Paris, mais qui se soigne.

Avatar du membre
Claude Mauguier
Messages : 2339
Enregistré le : 08 avr. 2011, 15:31
Localisation : Isére

Message par Claude Mauguier »

Bonjour, l'Ariègeois-Lutétien !
Dominique a écrit : Je doute toujours que le droit à l’hébergement gratuit et sans condition dans toutes les zones de montagne soit un droit pour tout le monde et un devoir pour le montagnard.
Là réside l'équivoque majeure dans cette affaire.
Dans "hébergement", on peut mettre l'Hôtel Crillon à Paris, aussi bien que l'abri du Larnoum simple cube de béton...D'un côté l'objet d'un choix répondant et à une certaine solvabilité et à une valeur d'usage réduite à peu de chose (car le fait que le Crillon soit pourvu de lits n'entre que très peu dans son choix), de l'autre la réponse à une situation allant de l'agréable à la nécessité de la survie (ou, si on veut, de la promenade au danger de mort).
A l'origine, la cabane était le modeste havre où s'abriter tant bien que mal et plus souvent mal que bien en cas de pépin météo ou pour diminuer la dénivellation d'une course, et c'est ainsi que le vivaient les Whymper, Coolidge, Russell et les bergers qui les accueillaient avec un peu de paille et un bol de lait.
Changement de décor : on ne va plus en montagne uniquement pour la survie ou l'exploration sportive (je dirais même "plus du tout"), mais essentiellement pour FUIR quelque chose ; et c'est précisément l'antithèse de ce qu'on fuit qui est recherchée en montagne et dans ses abris : la porte ouverte, le don, la chaleur du toit inespéré, même si l'inattendu et la surprise ont été remplacés par les cartes, internet, etc qui font qu'on sait parfaitement où trouver ce qu'on cherche. Une grande part de jeu, de tragi-comédie, à l'instar de ce qui se joue sur un autel religieux, se développe ici : on joue à être libres, généreux, débarrassés des contingences, alors que c'est FAUX et que le reste du temps on subit sans oser la mordre, la main qui vous tient en laisse. Les professionnels du tourisme ne cessent de nous rebattre les oreilles avec "l'évasion" : mais de quoi s'évader, bon sang, sinon d'une prison ??
Du côté des "récepteurs", il y a d'une part ceux qui sont des institutionnels (Parcs, ONF, etc) et qui disposent volontairement, pour l'usage public, des abris destinés à "supporter" les "flux touristiques" (car ceci fait AUSSI partie d'un calcul économique qui n'a rien de gratuit, lui) dans des régions dont ils ont la gestion et où il s'agit de fixer en des endroits bien précis (à quoi servent les balisages...) des gens qui ne connaissent pour la plupart rien à la façon d'aborder une forêt ou une estive...et qui risquent de faire n'importe quoi.
Et de l'autre les détenteurs privés (ça peut aller jusqu'à une commune propriétaire d'une cabane), à qui il reste deux choix : soit compter AUSSI avec les empaye-buffes, les inconscients, les scélérats, les vandales, les ignorants, les aliénés d'en bas (et parfois aussi d'en haut...car les férocités paysannes liées à d'antiques rancunes n'ont rien à envier aux autres, n'est-ce pas ?) et remplacer tout l'équipement en bois par de l'acier (à Prat-Redoun c'est le cas : c'est tout juste si les vitres ne sont pas en fer !), en blindant le reste. Soit fermer à double tour par des doubles portes d'acier à six serrures elles mêmes cachées par des plaques "à clefs", les cabanes saccagées pour la Nième fois (cas de l'Estagnole au-dessus de Cazenave), et ils auront là aussi raison. Et si le nombre de châlets d'alpage ou forestiers ouverts est si faible en Vanoise, la raison est à chercher et dans la présence encore importante de troupeaux nantis des bergers idoines, et dans la prolifération touristique estivale ET hivernale, drainant les foules du PNV et des méga-stations de ski à proximité.
En tout cas, je crois qu'il ne faut en aucune manière introduire du "confort" dans ces abris. Et que tout ce qui se trouve à moins de trois heures de marche devrait être bouclé à double tour, un point c'est tout, cette disposition représentant un minimum dans les mesures de sauvegarde à prendre. Quant à espérer un progrès des mentalités...ce sera pour APRÈS la catastrophe, à supposer qu'on ait compris.
J'abrège.
Adiou !

Laurent

Message par Laurent »

En accord avec les deux derniers "posts" et surtout le dernier...
Plus grand chose à dire mais plutôt à redire : l'intiative de ce site a beaucoup de points communs avec le site de spéléo du vercors désormais fermé et encore une fois une élimination des photos (souvenirs potaches ou autres) permettrait de ne pas transformer cet espace en simple album souvenir ou en prospectus d'office de tourisme.

Jérôme_

Transféré de la fiche

Message par Jérôme_ »

De passage ce jour,
Toujours très bien entretenu,
Au vu du livre d'or il y a du passage une à deux fois par semaine,
Croisé personne aujourd'hui, il semble qu'il y ai moins de monde qu'en hiver. Et oui Goupette se mérite l'été alors que l'hiver il suffit de suivre les traces de ski ou de raquettes

Avatar du membre
yip
Messages : 376
Enregistré le : 08 mars 2004, 23:32

Message par yip »

Bon au départ je montais juste prendre les mesures mais comme il y a certains outils sur place ...
J'ai re-consolidé la porte, mais juste le lendemain du jour du message precedent (le 18). elle etait mal en point, en fait c'est la charnière du bas qui se barrait.
les charnières etaient clouées, et donc ont progressivement pris du jeu et celle du bas ne tenait plus. avec les vis/tenailles/marteau sur place, j'ai revissé l'ensemble. j'ai du aussi raboter un peu le coté et et refixer avec un tasseau (qu'on voit sur la photo) le montant du bas de la porte, qui tombait et empêcher la fermeture correcte. Je pense que ce devait être cette dernière chose qui etait tombée/déboitée avant et déja refixée par tasseau mais en biais (sans doute pour compenser un effet secondaire de la charnière déglinguée...). Il y a toujours autant de courants d'air autour de la porte mais elle tient mieux. du coup je ne sais plus s'il faut changer la porte, auquel cas il faudra aussi changer le montant sur lequel sont fixées les charnières, il commence à se pourrir et n'est plus rattaché à gd chose.
porte: 64x191 +/- 1 cm
montant: pilier bois de ~8cm de section, cloué à un poteau porteur (photo1)

http://yip.free.fr/wri/port1.jpg
http://yip.free.fr/wri/port2.jpg

Pour le coup du tasseau de la 1ere photo, il est juste la pour eviter que la planche du "placard" du pas de la porte ne se barre. la cheville qui tenait celle ci doit etre cassée mais rien de plus. en clouant 2 grandes plaques sur les placards (un espece de double vitrage) ce serait mieux que les tasseaux et devrait bien tenir.

Etienne_

Transféré de la fiche

Message par Etienne_ »

Merci à Goupette et à ses concepteurs. Quelle classe cet abri.
il y a presque trop de choses, en tout cas trop de nourriture que je n'ai pas utilisé. Les anciens habits et autres vielles chaussettes n'ont rien à faire la haut.
La première nuit, je ne l'ai pas trouvé et j'ai dormi à 50 m, juste en dessous. Quelle joie de la trouver le lendemain matin. Pourvu que jamais les coordonnées exactes ne soient données, Goupette, ca se mérite et je suis prêt à donner un coup de main à son entretien.

A bientot Goupette
30/9/2006

Avatar du membre
nivéole
Messages : 106
Enregistré le : 20 avr. 2005, 13:17
Localisation : Grenoble

Message par nivéole »

"Merci beaucoup" à l'un des modérateurs de ce site d'avoir censuré mon message posté samedi ou dimanche dernier (je ne sais plus) concernant une critique vis à vis de la situation géographique de la cabane.
Je ne pense pas avoir été très violent dans mes propos, donc je ne saisis pas cette attitude... J'ai peut-être oublié, vu que j'ai une grande gueule, que le sujet était devenu tabou. :(

Répondre